Histoire de l'Islande

Un mythe marquant pour l’île

 

Face à de telles manifestations volcaniques, il est difficile de ne pas se référer au mythe associé à Sigyn comme celui du châtiment. Les légendes présentent Sigyn, une déesse germanique non seulement comme l’épouse de Loki mais comme la protectrice de celui-ci quand elle tient un bol au-dessus de son mari pour empêcher le venin du serpent de s’échapper du récipient.

Cours audio d'islandais
Cours audio d'islandais - Leçon #1 gratuite
00:00 / 00:00

C’est pour punir Loki de la mort de Balder, un dieu scandinave, que les dieux ont emprisonné ce dernier dans une caverne tout en l’enchaînant et en suspendant un serpent dont le venin tombait sur son visage. Pour empêcher le venin d’atteindre Loki, Sigyn tenait la coupe en la vidant de temps à autre, un moment suffisant pour permettre au venin de couler sur le visage de Loki, lequel se tordait de douleur à son contact, ce qui provoquait des tremblements de terre.

Ses premiers visiteurs et le mythe fondateur

 

L’histoire de l’Islande n’est pas si lointaine. Des fouilles archéologiques ont trouvé des pièces de monnaie romaine datant du IIIe siècle apr. J.-C., laissées sur place probablement à la suite d’un naufrage ou de la dérive d’un navire. D’autres fouilles plus récentes ont pu mettre à jour les restes d’une habitation abandonnée datant soit de la fin du VIIIe siècle ou du milieu du IXe siècle. 

Vers l’an 825 apr. J.-C., l’irlandais Discuil fait mention d’une terre, probablement l’Islande, située au nord des Îles britanniques. Trente-cinq ans plus tard, des marins scandinaves trouvent l’île occupée par des moines irlandais.

Selon la tradition, l’Islande a été découverte à l’origine par les Vikings. Garoar Svavarsson aurait été le premier à y avoir vécu, à en faire le tour pour constater l’insularité du territoire.

Selon la légende, les Norvégiens Ingólfr Arnarson et son beau-frère sont les premiers Scandinaves à s’installer définitivement, en 874, en Islande. Afin de déterminer l’endroit de son établissement sur l’Île, Arnasson a eu recours à une méthode traditionnelle nordique : à la vue du littoral, il a fait jeter par-dessus bord deux piliers à siège élevé, soit des bûches de bois, en faisant la promesse de s’établir à l’endroit où ils échoueraient. Après les avoir perdus de vue pendant un certain temps, il les retrouve sur le site qu’il identifiera « Reykjavik », mot signifiant baie en fumée dans la langue islandaise à cause de la vapeur des sources naturelles.

Peinture représentant le mythe fondateur de l’Islande, soit l’arrivée d’Ingólfr Arnarson sur le site de Reykjavik..

Ainsi s’est amorcée la colonisation de l’Islande. Les colons norvégiens venaient s’installer sur la côte et dans les vallées, vivant de la chasse, de la pêche et de l’élevage. Les décisions se prennent lors des réunions locales d’où les hommes libres expriment leurs opinions et font leurs suggestions. C’est l’absence d’un gouvernement centralisé. En 930, c’est la mise en place de l’un des premiers parlements au monde, soit l’Althing.

L'allée qui mène là où les Vikings organisaient chaque année leur Parlement, à Thingvellir, à 40 km de Reykjavik.

 

L’an 930 marque le début de la nation et de l’État libre islandais. Chaque été, les Vikings et leurs familles se rassemblaient et prenaient des décisions. En l’an 1000, l’Althing fera du christianisme la religion officielle de l’Islande tout en laissant aux païens le droit de pratiquer leur religion. Il continuera à tenir ses réunions après la conquête de l’Islande par la Norvège en 1262. À partir de cette date, son autorité diminue progressivement. Il continuera à se réunir jusqu’à la fin du XVIIe siècle et sera rétabli au cours du XIXe siècle tout en se déplaçant à Reykjavik, la capitale.

Un territoire géré par la Norvège et le Danemark

 

Au XIIe siècle, les luttes internes font rage et l’influence de la Norvège ne fait que s‘intensifier jusqu’à la signature du Vieux Pacte de 1262, qui permet au roi norvégien, Haakon IV, de soumettre l’Islande tout en mettant fin aux batailles internes. La Norvège assoit son autorité tout en conférant une certaine autonomie à l’Île.

L’Islande passera sous l’autorité du Danemark en 1380 quand les deux pays (Danemark et Norvège) adoptent le même roi tout en maintenant leur indépendance lors de la formation de l’Union de Kalmar avec la Suède (1397-1523). Le 6 juin 1523, Gustav Vasa est choisi comme roi de Suède. C’est la fin de l’Union de Kalmar. L’Islande et la Norvège seront rattachées au Danemark.

En 1550, la population islandaise, chrétienne depuis l’an 1000, doit accepter le Protestantisme, plus précisément le Luthéranisme, imposé de force par le roi danois Christian III. Après l’exécution de l’évêque islandais, c’est l’instauration du protestantisme comme religion officielle.

C’est une période difficile pour l’Islande qui s’est beaucoup appauvrie au cours des siècles suivants.

En 1800, la Cour nationale remplace l’Althing qui sera rétabli plus tard, soit en 1843, comme organisme consultatif, par le roi Christian VIII du Danemark tout en siégeant dorénavant à Reykjavik.

Au cours du XIXe siècle, après les guerres napoléoniennes, malgré le traité de Kiel (14/01/1814) qui divisait la Norvège et le Danemark en deux royaumes distincts et la dépendance de l’Islande à celui-ci, l’insatisfaction de la population islandaise se faisait sentir d’où l’émigration de plus de 20% de la population (alors évaluée à 70 000 personnes) vers l’Amérique, et plus particulièrement au Canada.

Au milieu du XIXe siècle, inspiré par des idées nationalistes, un mouvement d’indépendance islandais mené par Jón Sigurðsson se développe.

En 1871, le statut de l’Islande dans la monarchie danoise est précisé. Puis, trois ans plus tard, soit en 1874, pour souligner le millénaire du début de la colonisation du pays, une Constitution est promulguée laissant à l’Althing une plus grande autonomie et le contrôle des finances publiques.

Au cours de son histoire, l’Islande a été secouée par des catastrophes naturelles : les éruptions volcaniques et les épidémies ont décimé fortement la population. La peste noire a touché le pays à deux reprises au XVe siècle (1402-1404 et 1494-1495) tuant plus de la moitié de la population alors que la variole a fait un quart de victimes au XVIIIe siècle. En 1783, c’est le Laki qui entre en éruption en propageant, dans la région, des nuages de cendres et de gaz toxiques, tuant plus de 9 000 habitants et 80% du bétail.

L’impact des conflits 14-18 et 39-45 sur le sort de l’Islande


Les deux guerres mondiales ont précisé le statut de l’Islande. Même si le Royaume islandais est rattaché au Danemark par un acte d’union en 1918, il est considéré comme un État distinct sur le plan juridique avant d’accéder à sa pleine souveraineté et indépendance en 1944. L’invasion du Danemark par l’Allemagne nazie a poussé les habitants islandais à préciser le statut de l’Ile.

Lors du déclenchement du 2e conflit mondial, l’Islande déclare sa neutralité. Dès le 9 avril 1940, le Danemark, sous occupation allemande, demande au gouvernement islandais de gérer les affaires extérieures et d’autres services. Au mois de mai suivant, le territoire islandais est envahi par les forces britanniques soucieuses de contrôler un point stratégique dans l’Atlantique nord pour faire face à la marine allemande.

En 1941, les forces armées du Royaume-Uni sont remplacées par l’armée américaine. En juillet de la même année, les Islandais se résignent à troquer leur neutralité pour un Traité de défense avec les États-Unis.

Un référendum, tenu le 20 mai 1944, permet à la population islandaise de mettre fin à l’Union avec le Danemark et d’abolir la monarchie. Il faut dire que cet Acte d’Union dano-islandais, en vigueur depuis le 1er décembre 1918, accordait à l’État islandais la souveraineté et l’indépendance tout en lui permettant de reconnaître le roi danois comme le sien. Un mois plus tard, le 17 juin, l’Islande devient une république de façon officielle avec Sveinn Björnsson à la présidence. 

 

Une république parlementaire multipartiste active

 

Adoptée lors de la mise en place de la République, la Constitution islandaise a remplacé celle du Royaume d’Islande de 1918 et sera amendée à plusieurs reprises depuis l’indépendance du pays.

Si le pouvoir exécutif est exercé par le Président et ses ministres, le pouvoir législatif relève de l’Althing, le plus vieux parlement du monde. Créé en l’an 930, il ne sera interrompu dans son fonctionnement que pendant les 45 ans de la monarchie absolue du Danemark de 1800 à 1844. Ce qui est particulier pour les gouvernements islandais, c’est la présence de la coalition d’au moins deux partis politiques dans l’exercice du pouvoir au sein de l’Althing. 

Il faut noter que Johanna Siguröardottir (2009-2013) a été la première chef de gouvernement au monde à avouer publiquement son homosexualité tout en étant la première femme islandaise à occuper le poste de première ministre.

Après la guerre, dès 1946, le nouvel État devient membres de l’ONU. Par le traité de Keflavik avec la puissance américaine et par son adhésion au Pacte de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Islande abandonne sa neutralité. Pendant toute la période de la Guerre Froide, et même jusqu’en 2006, elle accepte la présence de troupes américaines sur son territoire.

Une forte croissance économique a marqué la période d’après-guerre grâce à l’industrialisation de la pêche et l’aide du plan Marshall américain. Mais les guerres de la morue et les limites territoriales de pêche sont devenues de fortes préoccupations du gouvernement islandais tout en augmentant la tension avec les pays voisins dans les années 70.

 

Au cours de la dernière décennie du XXe siècle, le pays a consacré plus d’effort à son rôle international, au maintien de la paix et aux causes humanitaires.

Les premières années du XXIe siècle ont fortement ébranlé le pays, touché par une grave crise financière qui a entrainé l’exode de quelques milliers de personnes.