Apprendre la langue thaï

Cours audio complet de thaï à télécharger

Le thaï est la langue nationale et officielle de la Thaïlande (53 millions d’habitants). Il s’agit aussi de la langue principale d’un groupe de langues beaucoup plus répandu. En fait, il est la langue maternelle au centre du pays (20 millions de locuteurs), mais tout le reste du pays, soit un autre 20 millions de locuteurs, le parlent aussi comme langue seconde. Le thaï appartient à la famille linguistique taï-kadaï.

 

Le thaï est une langue à cinq tons : haut, bas, moyen, tombant et montant. Les adjectifs et les adverbes n’ont pas de différence morphologique. Les verbes n’ont pas de désinences quant à la personne, à la voix, au mode et au nombre. Les noms n’ont pas de désinences indiquant le genre ou le nombre et il n’y a pas d’articles. L’ordre syntaxique est Sujet-Verbe-Objet ; néanmoins, le pronom sujet est souvent omis. Le système d’écriture est propre, inspiré par l’alphabet khmer. Les premières œuvres littéraires en cette langue sont apparues au 13ème siècle de notre ère.

Les langues proches du thaï sont le « kampti , khmer, lao, lü, môn, nhang, shan et zhuang ».

Grammaire de la langue thaï

 

Voici quelques éléments grammaticaux qui pourront aider les étudiants apprenant la langue thaï. Il s’agit des aspects principaux de la langue.

 

Ordre des mots en thaï : Comme la plupart des langues tonales, la grammaire reste simple et l’ordre des mots est celui qui prévaut en français avec le SUJET – VERBE – OBJET.

 

Articles en thaï : la langue thaï ne possède aucun article précédant le nom.

 

Accord et conjugaison : la langue thaï ne requiert aucun accord en genre ou en nombre. De plus les verbes ne possède aucune conjugaison à proprement dit. C’est donc dire qu’ils ne changent pas en fonction du sujet de la phrase.

 

Ordre adjectif - nom : en thaï, les adjectifs viennent toujours après le nom qu’ils qualifient. Ainsi, on dira « pays beau » pour exprimer l’idée de « beau pays » ou encore « temple grand » pour dire « grand temple ».

Forme interrogative : les phrases interrogatives ont la même structure que les phrases affirmatives. Dans le cas des phrases interrogatives, l’ajout de « maï » est souvent fait en fin de question. Le mot « maï » signifie « non ». La question « parlez-vous thaï? » sera donc exprimée de cette façon : « vous parlez thaï, non? ». Dans le cas où un pronom interrogatif (pourquoi, quand, comment, etc) débute la phrase, aucun mot interrogatif n’est exigé à la fin de la phrase. Les questions négatives sont plutôt rares en thaï.

Forme d’adresse aux gens : en Thaïlande, il est habituel d’appeler les autres par leur prénom mais à moins de parler à une servante, il est impoli de ne pas ajouter un titre du genre « monsieur, madame, etc ».

 

Expression du temps en thaï : On utilise deux façons pour exprimer l’heure en Thaïlande. La façon officielle utilise le système de 24h que l’on connait chez nous. L’autre façon est plus complexe et divise la journée en 4 périodes de 6 heures, chacune d’entre elles possédant un mot particulier.

 

Création du temps passé : Le temps passé en thaï est généralement effectué en utilisant le verbe au temps présent et en l’accompagnant d’un adverbe de temps « ex : hier, il y a deux heures, l’an passé, etc ». Ainsi, pour dire « Hier, je suis allé au restaurant », les Thaï diront « hier, je vais au restaurant ».

 

Le genre (masculin vs féminin) en thaï : Les objets inanimés ne possèdent aucune marque de genre. Pour les personnes ou animaux, le genre est indiqué par l’addition d’un mot. Le pronom personnel « je » change en fonction que le locuteur est un homme « prŏm » ou une femme « dì-chăn ». Par contre, dans ce cours de thaï à télécharger que nous vous proposons, nous avons plutôt opter pour le mot « chăn » pouvant être utlisé autant par les hommes ou par les femmes.

 

L’alphabet thaï : l’alphabet thaï est composée de 44 consonnes classées en 3 catégories selon le types de voyelles avec lesquelles elles sont associées. Les voyelles sont représentées par des symboles ou par des combinaisons de symboles. Ceux-ci peuvent être placés avant, après, au-dessous, au-dessus ou même autour de la consonne qu’elle accompagne.

 

Les comparaisons en thaï : il existe une façon simple de créer les comparaison en langue thaï. Il suffit d’apposer le mot « kwàa - plus » après l’adjectif. Ainsi pour dire « la chambre devient plus chaude » on dira littéralement « chambre devenir chaude plus ».

 

Les noms : les noms communs comme « jardin » sont toujours invariables. Il n’est donc pas nécessaire de les introduire par des articles.

 

Conjugaisons des verbes en thaï : il n’existe aucune conjugaison en thaï. Ces donc dire qu’ils restent invariables quelque soit la personne (je, tu il, etc..) ou le temps. Pour indiquer le caractère passé ou futur d’une action, il faut insérer dans la phrase un complément circonstanciel de temps (hier, demain, dans une semaine, avant-hier, etc…).

 

Les classificateurs : en thaï, il est important d’employer un classificateur lorsqu’on souhaite parler de la quantité d’une certaine catégorie d’objet. En français, on utilise le même procédé en disant « trois paires de lunettes ».

 

Localisation : comme en français, la langue thaï possède des mots (appellés prépositions) pour situer les choses. Ainsi on a les mots « à côté de -  tìt kàp », « autour - rôrp », « à - trîi », « au bord de - rim kàp », « depuis - tyàak », « dans - nai », « à l’intérieur - prai nai », « sous - tâi », « avec - kàp ».

 

Mots interrogatifs en fin de phrase : lorsqu’aucun pronom interrogatif (quand, pourquoi, comment, etc) n’est en début de phrase, il est habituel en thaï de terminer la question par un mot interrogatif. Le mot utilisé très souvent est « măi » signifiant « non ». Mot-à-mot, on posera donc la question « vous - parler - langue - thaï - non? ». Le mot « rŷy » est un autre mot que l’on peut placer en fin de question et implique la notion de « vérification ». On l’utilise dans la question:khun sabaajdii rŷy ? - Vous êtes bien?

 

« Oui » et « non » : en thaï, pour répondre aux questions par « oui » ou par « non », il faudra répéter le verbe dans les réponses affirmatives. Ainsi pour répondre à la question « parlez-vous thaï? » la réponse sera « parler » dans l’affirmative. Pour dire « non », il suffit de répondre « măi » signifiant « non ».

 

Négation des phrases en thaï : en thaï, la création de phrase négative est facilitée par le mot « măi » que l’on place juste avant le verbe.